Être un Vyndee, c’est adopter un style de vie!

Être un Vyndee, c’est adopter un style de vie!

VYND, si on s’en tient à la définition toute simple que beaucoup de personnes connaissent, c’est une plateforme communautaire destinée aux commerces de proximité où les utilisateurs peuvent partager leurs expériences avec la communauté à propos des lieux qu’ils ont fréquenté, en passant des cafés aux bars branchés. Ils peuvent noter le service, la qualité, le prix, la cuisine et la propreté.
Pour moi Vynd c’est tout d’abord une start-up où on peut développer ses compétences et vivre une expérience hors du commun.

Je me présente Yassine Jebali, vingt-cinq ans, titulaire d’une licence en Business Administration spécialité Management. Après avoir eu mon diplôme, je pensais quitter le territoire tunisien, comme des milliers de jeunes qui décident de partir pour continuer leurs études parce qu’ils n’ont pas trouvé leur place dans la communauté ou dans le marché du travail. J’étais tout simplement un jeune comme les autres qui possède une licence. Je travaillais dans un centre d’appels, je gagnais bien ma vie. Et j’ai finalement commencé à postuler dans différentes boites pour divers postes. Durant mes entretiens, je me mettais sur mon 31 pour donner de l’importance aux recruteurs et à la société en question. On me reprochait toujours le manque d’expérience, je commençais à perdre espoir. L’idée de l’immigration rodait dans mon esprit mais je continuais à postuler en me disant : « Qui ne tente rien n’a rien » !

Au fur et à mesure, je pris pour résolution : « C’est juste un entretien d’embauche, c’est les mêmes questions, c’est juste les têtes et les tâches qui changent ». Je crois que la Tunisie est en train de vivre la Grande Dépression qui a touché les Etats Unis dans les années 30 sauf que maintenant c’est pire.

Jusqu’au jour où j’ai vu l’annonce de VYND pour le poste de Data Manager et je me suis dit : après tout, c’est une société comme les autres. Je ne m’attendais sûrement pas à ce que cela devienne un tournant dans ma vie. Je ne saurais jamais exprimer mes émotions le jour où Adam, le CEO, m’a dit :
– Quelles sont tes ambitions ?
– J’ai une idée, je veux créer ma propre marque de vêtements. Et je commençais à lui expliquer et là, il détacha ses yeux de son ordinateur pour me dire : Yassine, c’est une excellente idée, et pourquoi tu n’as pas commencé à la concrétiser réellement ? 
– Je ne sais pas, il me faut des fonds et des moyens ….
Il me répondit : Non, c’est facile de trouver des excuses et c’est ce que tu es en train de faire mais tu connais la réponse.
– Je connais la réponse, c’est le COURAGE !
– Et voilà ! Voici notre deal : tu vas commencer à travailler le 23 novembre, je vais t’aiderais pour ton projet.

Et oui, chers lecteurs, croyez-le ou non, je n’oublierais jamais ce jour. Pour la première fois de ma vie, une personne que je connaissais à peine m’a donné beaucoup de confiance en moi, croyait en moi, et me proposait une opportunité d’exercer un métier qui est au centre d’une application.

Si je résume mes journées ou mes tâches, je collecte des informations, je prends des photos des endroits, je contacte les propriétaires pour avoir leurs menus, envoyer des rapports, préparer des stratégies de travail …. Dans le but de les communiquer aux utilisateurs de l’application et donner plus de visibilité aux commerces. On peut dire que ça n’a rien d’extraordinaire, c’est même fatiguant. Mais si on regarde de près, c’est comme si on concevait un bébé, qu’on lui donnait tout ce qu’on avait pour le voir un jour réussir dans sa vie, à notre image. J’ai enlacé les informations pour rendre la base de données plus riche et plus accessible, j’ai intégré les chiffres et les lettres pour les rendre un art, une musique, une poésie.

Tout cela, en étant au sein d’une équipe très passionnée. On remarque très vite qu’ils connaissent réellement la valeur du travail sérieux, tout en étant dynamiques et vraiment attachants. C’est une vraie famille. Nous vivons dans une ambiance stimulante qui nous pousse à aller au-delà de nos limites, à sortir de notre zone de confort. C’est grâce à ça que je me réveille chaque jour en me disant : je suis un Vyndee, c’est plus qu’un travail, c’est un esprit, un souffle, un style de vie.

Yassine Jebali

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *